Comment passer d’un gouvernement à un régime…

Un régime a son propre agenda. La démocratie ne l’intéresse que pour une seule chose : prendre le pouvoir par les urnes puis le conserver pour accomplir les missions qu’il s’est lui-même données d’accomplir [pour ses propres intérêts et ceux de ses soutiens]. Les concepts de « bien public », de gouvernance avec les corps intermédiaires, de prise en compte des aspirations populaires, de représentation réelle de la majorité du peuple, lui sont étrangers. C’est à ça que l’on reconnaît un régime d’une démocratie représentative saine et « normale ».

« Totalitaires »

Un sourire de côté vint conclure cette dernière pensée. On avait voulu le mettre à terre, faire de lui un faible, un dirigeant apeuré par la violence, une sorte de technocrate chétif incapable de prendre la mesure de la contestation sociale et qui se cachait derrière des mesurettes budgétaires pour calmer les foules. Il avait su retourner la situation à son avantage de manière brillante, il le savait : le Grand débat était une trouvaille géniale, un coup de maître qu’aucun dirigeant de la planète n’avait jamais osé mettre en place.

Environnement, économie, santé, social : les idiots utiles du système n’ont pas les bonnes clés… et vont perdre

Plus les mouvements de contestation se développent, plus l’état du monde et des sociétés humaines se dégradent. C’est à partir de ce constat qu’une réflexion large devrait normalement s’engager pour changer les modes d’actions censés « rendre le monde [humain et vivant] meilleur », ou plus trivialement : « éviter qu’il se casse la gueule dans un grand […]

2019 : année de la contestation globale ?

La mise en cause des politiques néolibérales — politiques qui favorisent uniquement une fraction de population issue des classes dominantes — par les 90% de citoyens des classes moyennes ou « populaires », n’est pas un phénomène franco-français. De partout dans le monde la grogne monte, souvent via les réseaux sociaux, parfois suivie de manifestations dans la […]

Jusqu’à quel point peut-on distraire une population pour l’obliger à cautionner des politiques pré-établies ?

La question de la distraction est essentielle si l’on veut comprendre le fonctionnement des sociétés industrielles. Aujourd’hui, le mouvement de contestation des Gilets Jaunes est un moment particulièrement intéressant pour éclairer cet aspect essentiel de la servitude volontaire des habitants de ce type de sociétés. Une servitude indispensable au maintien du système capitaliste néolibéral comme […]

#GiletsJaunes et insurrection populaire : le pouvoir sait qu’il peut tomber

Ce que n’a pas vu venir, ni compris le pouvoir en place est le cœur des véritables mouvements révolutionnaires : la fin d’une illusion politique générant l’explosion du sentiment d’injustice. Ce sentiment est violent, sans nuances et puissant. Les révolutions sont violentes, sans nuances et puissantes. Et c’est toujours le sentiment d’injustice qui les provoque. […]

Réchauffement climatique : quand les réseaux de neurones en apprentissage automatique s’en mêlent

La traduction depuis l’anglais de l’article « Abbot And Marohasy Respond To Criticisms Of GeoResJ Paper -Historical Temperature Reconstructions and Estimating the Contribution of the Industrial Revolution to 20th Century Warming » de deux chercheurs australiens (Jennifer Marohasy et John Abbot) a un seul objectif : permettre de réfléchir. Sur la science, sur ses progrès, ses remises en […]

Hold-up planétaire: 20 ans déjà

Il y a pile 20 ans, paraissait un livre intitulé « Le hold-up planétaire, la face cachée de Microsoft ». Le brillant Roberto Di Cosmo, accompagné de Dominique Nora, y abordait l’hégémonie du géant américain « M » de GAFAM, et soulevait de profondes questions de société sous-jacentes. Il alertait déjà sur les dérives potentielles d’une boulimie de données, […]